Trashigang

Nom : Trashigang

Nom bhoutanais : བཀྲ་ཤིས་སྒང

Statut : district

Pays : Bhoutan

Population : 56 168 habitants

Superficie : 2 204 km2

Le Trashigang partage ses frontières avec les districts de Mongar à l'ouest, Samdrup Jongkhar et Pemagatshel au sud, Trashi Yangtse au nord et l'État indien d'Arunachal Pradesh à l'est. Son territoire s'étend entre 600 et 4 000 mètres d'altitude. Incluez dans votre itinéraire de voyage au Bhoutan cette belle contrée traversée par le grand fleuve de Dangmechu.

 

Histoire

 

La ville de Trashigang a été érigée afin de protéger les habitants des « migoi », une sorte de yeti fortement craint par les Bhoutanais. Elle fait partie d'une importante route commerciale reliant l'Assam au Tibet. Jusqu'à nos jours, elle constitue toujours une étape clé pour les échanges entre le Bhoutan avec l'Inde.

Le Trashigang figure parmi les dix zones protégées du Bhoutan.

 

Aujourd'hui

 

Le Trashigang sert de jonction entre l'autoroute de l'est et de l'ouest du Bhoutan. Le réseau routier du district permet de rejoindre Samdrup Jongkhar et l'État indien de l'Assam.

La cité de Trashigang proprement dite tient la quatrième place au classement des villes les plus peuplées du pays. Elle se distingue par ses maisons traditionnelles et ses rues étroites. Cet aspect préservé lui apporte une atmosphère pittoresque.

La plupart des touristes considèrent Trashigang comme une étape de leur voyage vers les villages et les montagnes environnantes. La ville offre plusieurs sites d'excursions : Trashi Yangtse, Khaling, Radi, Phongme. Trashigang sert également de place d'échange commercial entre les peuples nomades de Merak et de Sakteng.

 

Le peuple de Trashigang et leur tradition

 

La population du district de Trashigang est formée principalement par les Sharchops ou Tshaglas. Sharchops se traduit par « oriental. » Cette communauté résulte d'un mélange entre les peuples du Tibet et de la Birmanie. Les habitants de Trashigang comprennent également des Dapkas qui se réfugient dans les parties montagneuses du district et les villages jumeaux de Merak et Sakteng. Ces derniers se démarquent par leur robe héritée des anciens nomades bhoutanais Gho et Khira. D'un côté, les locaux sont connus pour leur production de textile en soie grège, appelé « Bura. » De l'autre, ils démontrent une expertise dans la fabrication de colorants naturels et dans la teinture de tissus. En outre, le district de Trashigang s'affiche comme un grand producteur de riz et de lavande. La région est en partie réputée pour ses objets souvenirs en bois.

Durant les jours saints, les villageois se rendent dans la ville de Trashigang pour célébrer les festivals. La place du marché devient un lieu fortement fréquenté et animé à ces occasions.

 

Les sites à visiter à Trashigang

 

Avant de commencer votre tour des sites historiques et culturels de Trashigang, sachez que les hébergements sont plutôt limités dans ce district. Néanmoins, différents types de restaurants et bars vous attendent pour vous ressourcer entre vos escapades.

La forteresse Trashigang

Le dzong de Trashigang est sorti de terre en 1659 pour protéger les habitants des invasions tibétaines. Le dzong qui se tient actuellement debout sur le site a été développé par Dzongpon Dopola en 1936. Cette imposante forteresse s'implante sur un point stratégique, au sommet d'une crête qui surplombe la rivière Dangmechu. Selon la légende, lors de leur tentative d'assaut, les armées tibétaines se sont repliées, car ils croyaient que la forteresse flottait dans les airs.

Depuis plus de 300 ans, le dzong Trashigang fait office de camp de base politique. Il sert aujourd'hui de siège administratif pour le district. En outre, celui-ci offre une vue surprenante sur toute la ville de Trashigang.

Le Mont Meru

C'est au Mont Meru que se niche le palais du Druk Chhoglay Namgyal. L'accès se fait depuis sa face nord. Empruntez la route pavée qui serpente le flanc de falaise.

Kanglung

Kanglung abrite le collège de Sherubtse, l'un des plus anciens et plus grands collèges de l'Université royale du Bhoutan.

Le centre de tissage de Khaling

Le centre national de tissage de Khaling constitue une bonne adresse pour acheter des tissus bhoutanais authentiques. Les produits proposés au centre bénéficient des techniques traditionnelles transmises de génération en génération. C'est le meilleur endroit pour comprendre le processus de production des textiles au Bhoutan.

Le monastère de Ranjung Woesel Chholing

Il compte parmi les plus grands monastères du Trashigang. Ce domaine se situe à une demi-heure de route de la ville de Trashigang. Il s'agit d'un monastère de Nyingmapa, fondé par Garab Rinpoché en 1990. Appréciez la vue panoramique sur la vallée depuis ce site.

 

Réaliser une excursion d'une journée à Trashiyangtse

 

Une excursion à Trashiyangtse vous plonge au cœur d'une cité en pleine croissance. Accueillant le centre administratif du district, ce lieu d'une grande beauté vous garantit le dépaysement. Découvrez-y un dzong datant de la fin des années 1990, à l'époque de la création du nouveau quartier.

 

Que voir ?

 

Le temple de Gom Kora vous attend à 24 km de Trashigang. Il se dresse sur un petit plateau alluvial surplombant la rivière de Yangtse. Entouré de rizières et de bananiers, l'édifice émerge comme une oasis dans un paysage aride. C'est l'un des endroits où Guru Rinpoché a médité avant de combattre un démon qui habitait dans une énorme roche noire.

Le village de Doksum doit sa notoriété au talent des femmes locales dans la confection des tissus traditionnels. En outre, découvrez-y un pont oscillant à mailles construit au XVe siècle.

Le chörten Kora se décrit comme un stupa de couleur blanche éclatante. Il est implanté sur la berge en dessous de la ville. Il a été fondé en 1740 par le Lama Ngawang Loday. Le monument emprunte le style d'architecture des stupas népalais de Bodhnath. Sur son sommet sont peints des yeux qui fixent les quatre points cardinaux. Pendant le deuxième mois du calendrier lunaire, un festival nommé « Kora » se tient sur place.

Le dzong de Trashiyangtse est une forteresse créée en 1656 par Terton Pema Lingpa. Il a été rénové et sanctifié lors d'une consécration en 2005.

Bomdelling constitue un lieu de migration annuel pour les Calao à cou noir. En hiver, ces oiseaux quittent le Tibet pour trouver une contrée plus chaude, notamment à Trashiyangtse.

Coloré, le festival religieux de Tashigang Tsechu s'étend sur quelques jours en novembre et en décembre.

 

Climat

 

Le climat à Trashigang est de type tempéré. Les précipitations annuelles sont évaluées entre 1 000 mm et 2 000 mm.

 

Comment s'y rendre ?

 

  • En avion :

Plusieurs lignes aériennes relient la ville de Paro à Trashigang. Assurez-vous de vérifier à l'avance les vols disponibles auprès des compagnies.

  • En bus :

Il existe deux autoroutes qui conduisent à Trashigang depuis Thimphou. En choisissant la route du nord, vous profitez de plusieurs lignes de bus directs. Les navettes font généralement un arrêt de nuit à Jakar, avant de traverser Mongar. La route du sud passe par Phuentsholing où des services de transport privé vous attendent pour simplifier votre voyage jusqu'à Samdrup Jongkhar. Cet itinéraire traverse les États indiens du Bengale-Occidental et de l'Assam. Arrivé à Samdrup Jongkhar, cherchez un bus à destination de Trashigang.

 

Comment circuler ?

 

La ville ne disposant que de quelques rues, elle s'apprécie mieux lors d'une visite à pied.

 

Que faire à Trashigang ?

 

  • Découvrir des endroits et activités fascinants tels que le centre de tissage de Khaling ou le monastère de Ranjung Woesel Chholing

  • Essayer l'excursion dans la ville de Trashiyangtse en prenant le soin de visiter le village de Doksum ou le dzong de Trashiyangtse.

2 photos

Bonjour

Je suis Tshering Yangchen de "Exquisite Bhutan". Envoyez nous votre demande, et nous vous répondrons sous 24H
Appelez-nous au
+33 9 70 19 62 81