Qu'est-ce qu'un Dzong, les monastères-forteresses du Bhoutan ?

Qu'est-ce qu'un Dzong, les monastères-forteresses du Bhoutan ?

16 juin 2019

Le Bhoutan, royaume de l'Himalaya, respire le Bouddhisme de mahāyāna* qui prédomine au Tibet. Cette religion est toujours profondément enracinée dans la culture bhoutanaise. La preuve de cette dévotion est certainement les innombrables temples et monastères pittoresques qui y prospèrent dont le Dzong.

Les caractéristiques architecturales des Dzongs

Les principaux traits caractéristiques de ces monastères si particuliers sont :

  • De hauts murs en pente, centripètes, faits de brique et de pierre avec peu ou aucune fenêtre dans les sections inférieures du mur
  • L'utilisation d'une raie rouge en frise au-dessus des murs (peut-être ponctué par de grands cercles d'or)
  • Des portes d'entrée massives faites de bois et fer
  • Des cours intérieures et temples brillamment décorés dans des motifs d'art Bouddhiste 

Cette architecture traditionnelle a une implication religieuse, les dimensions et les proportions des portes et des fenêtres, les couleurs … assurent que les bons esprits puissent facilement entrer dans le bâtiment et, en revanche, que les mauvais démons n'aient aucun accès.

Utilisation des Dzongs

A l’époque, le dzong servait à la défense de la province. Les murs raides étaient prévus pour décourager des attaquants. Les dzongs sont équipés de nombreuses fentes desquelles un défenseur pourrait mettre le feu sans risque.  Encore aujourd’hui, et bien que le Bhoutan n’ait pas connu beaucoup d’années de guerre, les Dzong servent de centre religieux, militaires, administratifs, et sociaux de leur zone. Ils sont souvent l'emplacement d'un tsechu** annuel ou festival religieux. Les festivals les plus importants sont les religieux avec leurs danses colorées et mystiques.

 

*Le Bouddhisme de mahāyāna : (signifiant « grand véhicule » ; chinois: 大乘, dàchéng; japonais: 大乗, daijō; vietnamien: Đại Thừa; coréen: 대승, dae-seung) apparait vers le début de l’ère chrétienne au Nord de l’Inde, d’où il se répand rapidement en Asie centrale puis en Chine, avant de se diffuser dans le reste de l’Extrême-Orient. Sa forme tantrique, apparue en Inde avant le IV° siècle, pénètre au Tibet entre le VIIe et le VIII° siècle. Ce nouveau courant redéfinit le bouddhisme d’origine (dont le theravāda actuel ou « doctrine des Anciens » est l’héritier) comme hīnayāna, « petit véhicule », terme un peu condescendant qui veut mettre en évidence l’appel limité de la pratique traditionnelle austère, en contraste avec l’appel plus large du « grand véhicule ».

**Tsechu : festival religieux traditionnel du Bhoutan

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec
Commentaire *
Nom *
Adresse de messagerie *

Bonjour

Je suis Tshering Yangchen de "Exquisite Bhutan". Envoyez nous votre demande, et nous vous répondrons sous 24H
Appelez-nous au
+33 9 70 19 62 81