La place de la culture et de la religion abordée au Bhoutan

La place de la culture et de la religion abordée au Bhoutan

13 mars 2019

Présents à la première grande conférence nationale sur le tourisme organisée à Thimphou fin février, les membres du ministère de la Culture bhoutanaise se sont questionnés sur l'absence d'une politique et d'un projet de lois culturelles claires pour traiter de la question dans le pays.

Religion, culture, écologie, tourisme. Quatre idées qui peuvent aller ensemble mais qu'il ne faut pas associer à tout prix. Voilà la teneure du message adressé par l'ensemble du ministère de la Culture bhoutanais lors de cette conférence. Le projet de loi pour les sites patrimoniaux, proposé mais pas encore accepté par le Conseil, devrait permettre de cadrer la protection du paysage culturel bouthanais. Les voyagistes, hôtels, ou même voyageurs n'ont pas encore d'idées précises sur ce qu'ils ont le droit de faire ou non.

Des exemples personnels

Les témoignages appuyant ce débat lors de la conférence nationale relevaient d'exemples personnels, mais néanmoins nécessaires à la compréhension du problème. Est-il approprié que les hôtels utilisent des signes religieux en décoration ? La réponse du ministère de la Culture est non. Ces signes doivent être vénérés et consacrés aux cérémonies religieuses. « Nous organiserons une rencontre spéciale où l'ont parlera plus concrètement des lignes du projet de lois », a également répondu la directrice générale du ministère de la Culture, Karma Weezir.

Sonam Tobgay, promotteur d'activités touristiques, s'est lui indigné de l'interdiction du rafting dans le Puna Tsang Chu, le long du dzong de Punakha. Des mesures qui avaient été prises pour protéger des touristes la faune volatile en danger d'extinction dans cette zone. « Quand des touristes viennent visiter le dzong, pourquoi ne pas leur permettre de faire du rafting le long du temple après coup », a-t-il questionné. Madame Weezir lui a répondu qu'après les délibérations autour du rafting à Punakha, il y a eu de nombreuses réunions et discussions. Un groupe de travail spécial a été mis sur pied pour examiner les problèmes et voir comment ils seraient réglés.

Beaucoup de questions restent encore en suspens concernant le sujet au Bhoutan. À voir si le projet de lois pourra fixer les idées pour permettre de travailler dans les meilleures conditions.

Thibault Bourru

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec
Commentaire *
Nom *
Adresse de messagerie *

Bonjour

Je suis Tshering Yangchen de "Exquisite Bhutan". Envoyez nous votre demande, et nous vous répondrons sous 24H
Appelez-nous au
+33 9 70 19 62 81